mardi 4 janvier 2011

Crash d'un P38 à Rettigny

Photo parue dans le livre « Sterpigny dans la Tourmente 1939-1945 – Robert Nizet »
Le rond noir sur la dérive indique son appartenance au 474e Fighter Group (9e US Air Force)
Le code K6 sur le fuselage précise qu’il appartient au 430e Figthter Squadron
La lettre F est le code individuel de l’avion.

Sur base de ces indications, des informations plus précises ont été trouvées sur internet.
Type exact: P-38 J 15 LO  - N°: 43-28364  -  MACR:11405 


Nos remerciements à Thibaut Westhof pour son courriel avec ci-dessous les 3 photos, patrimoine de Christine Parmentier



Le pilote a réussi à échapper aux Allemands et à regagner les lignes américaines par ses propres moyens.  Voici le récit envoyé par  Mr Gary KOCH, Historien officiel du 474e Fighter Group :

Jeffcote a été capable de s’échapper et d’éviter la capture. Il n’a été récupéré par aucun avion allié. Voici l’histoire de ce jour-là suivant ses propres mots :

«  J’avais l’intention de sauter en parachute. Ainsi, je décalai la verrière, ouvris la fenètre gauche, décrochai ma ceinture de sécurité et le harnais d’épaules et commençai à sortir sur l’aile.
A ce moment, je décidai que c’était trop bas pour sauter, et je rentrai dans le cockpit, repérai un champ et y posai l’avion sur le ventre. Je dus piquer un peu pour toucher le champ, mais je glissai tout en douceur sur la neige.
Après cela, je ne perdis pas de temps pour sortir. »
Les aventures suivantes de Jeff consistèrent à dormir dans des étables ou des granges à foin (quand il avait la chance de dormir), vivant en mangeant de la neige et les bonbons de son kit de survie, et en essayant d’échapper aux Allemands pendant les 3 jours durant lesquels il se trouvait derrière leurs lignes.

« Je me suis trouvé dans des situations très délicates  mais la pire, c’est quand finalement j’ai rencontré nos propres troupes. Dans l’obscurité,  je croyais qu’ils allaient sûrement m’abattre, et quoique je ne l’aurais jamais cru possible, je gardai mes mains au-dessus de ma tête durant une heure et demie… et sans problème. »

La récompense de Jeff pour son évasion réussie fut un voyage de retour

aux USA. Sa nomination au grade de 1er Lieutenant arriva avant son départ, ainsi il s’en alla en portant de nouvelles et brillantes barres en argent.

Le Lt Rufus JEFFCOTE

Zone brillante, crash P38 à Rettigny
Latitude Nord : 59° 10'  17,81''
Longitude Est : 5°  54' 25,57''
Le P-38 s’est posé dans la prairie située à gauche de la route de Gouvy vers Rettigny, non loin du monument à la mémoire du Major EARLEY

Rettigny le 25 décembre 1944



Le 25 décembre 1944, un P-38 effectuait un atterrissage forcé dans un champ près de RETTIGNY après avoir été endommagé par la flak (artillerie anti aérienne allemande).
Le marquage visible sur l’avion nous a permis d’effectuer des recherches et d’identifier exactement cet appareil.

Le pilote a réussi à échapper aux Allemands et à regagner les lignes américaines par ses propres moyens.  Voici le récit envoyé par  Mr Gary KOCH, Historien officiel du 474e Fighter Group :

Le pilote Jeffcote a été capable de s’échapper et d’éviter la capture. Il n’a été récupéré par aucun avion allié. Voici l’histoire de ce jour-là suivant ses propres mots :

«  J’avais l’intention de sauter en parachute. Ainsi, je décalai la verrière, ouvris la fenètre gauche, décrochai ma ceinture de sécurité et le harnais d’épaules et commençai à sortir sur l’aile.
A ce moment, je décidai que c’était trop bas pour sauter, et je rentrai dans le cockpit, repérai un champ et y posai l’avion sur le ventre. Je dus piquer un peu pour toucher le champ, mais je glissai tout en douceur sur la neige.
Après cela, je ne perdis pas de temps pour sortir. »
Les aventures suivantes de Jeff consistèrent à dormir dans des étables ou des granges à foin (quand il avait la chance de dormir), vivant en mangeant de la neige et les bonbons de son kit de survie, et en essayant d’échapper aux Allemands pendant les3 jours durant lesquels il se trouvait derrière leurs lignes.

« Je me suis trouvé dans des situations très délicates  mais la pire, c’est quand finalement j’ai rencontré nos propres troupes. Dans l’obscurité,  je croyais qu’ils allaient sûrement m’abattre, et quoique je ne l’aurais jamais cru possible, je gardai mes mains au-dessus de ma tête durant une heure et demie… et sans problème. »

La récompense de Jeff pour son évasion réussie fut un voyage de retour aux USA. Sa nomination au grade de 1er Lieutenant arriva avant son départ, ainsi il s’en alla en portant de nouvelles et brillantes barres en argent.

Caractéristiques du P38

Vidéo d'un P38 Lightning : http://www.youtube.com/watch?v=wlzGYA_jNrw


Conçu en 1937 en vue de répondre à une demande de l'US Army Air Corps concernant un chasseur de haute altitude, le Lockheed Model 22, redésigné XP-38, effectua son vol initial en janvier 1939; 13 appareils de présérie YP-38 et 30 P-38A furent construits et testés en vol avant que soient mises au point deux versions opérationnelles : le P-38D (36 exemplaires) et le P-38E (210 exemplaires), doté de quatre mitrailleuses et d'un canon de 20 ou de 37 mm.

De nombreuses variantes furent fabriquées, parmi lesquelles le P-
38F, version tropicalisée, avec deux moteurs à turbocompresseur plus puissants (537 exemplaires); le P-38G, avec une charge offensive de 910 kg (1 082 exemplaires); le P-38H, plus rapide (601 exemplaires); le P-38J, produit à raison de 2970 exemplaires dont 1 400 bénéficiaient d'une capacité en carburant accrue; le P-38L, armé de roquettes; et le chasseur de nuit biplace P-38M.
Modèle :

Lockheed P-38J Lightning

Envergure :

15.85 m
Longueur :

11.53 m
Hauteur :

2.99 m
Motorisation :

2 moteur Allison V-1710-91
Puissance totale :

2 x 1425 ch
Armement :

1 canon de 20 mm
4 mitrailleuses de
12.7 mm
charge offensive,
1450 kg



Charge utile :

-
Poids en charge :

9798 kg
Vitesse maximale :

666 km/h à 7620 m
Plafond pratique :

13400 m
Distance franchissable :

3600 km
Equipage :

1



Ligne d'assemblage P38

Moteur Allison 1710-115  V12
Une variante peu connue du P-38 : le Droop Snoot
Source du texte: http://www.historyofwar.org/articles/weapons_P-38_droop_snoot.html
Photo: Fold3.com
Le P-38 était un chasseur bombardier formidable. Il était capable de transporter deux bombes de 2000 livres sans réservoirs supplémentaires. Cette charge de 4000 livres était la même que celle transportée par les premiers bombardiers B-17 ou par le De Havilland Mosquito B Mk XVI.
Cependant, contrairement au Mosquito qui était équipé d’un nez transparent pour faciliter le largage des bombes, la version standard du P-38 avait un nez opaque, limitant la précision des bombardements.
Le P-38 Droop Snoot fut développé pour faire fonction de bombardier chef de file pour diriger des formations de P-38 standard. Les mitrailleuses furent remplacées par un emplacement réservé à un bombardier/navigateur, et le nez fut équipé d’un cône en plexiglas dont le profil était similaire à celui du Mosquito. Le nez de cette version était équipé d’un viseur Norden, du dispositif de largage des bombes et de l’équipement de navigation.
On ne connaît pas très bien le nombre exact de Droop Snoot produits.
23 P-38 J furent modifiés à Langford Lodge, un centre de modification Lockheed situé en Irlande du Nord. Une centaine de kits de conversion furent fabriqués, mais on ne sait pas exactement combien furent effectivement utilisés.
La deuxième partie de la modification Droop Snoot est moins connue. Les autres P-38 du groupe étaient équipés de façon à ce que le bombardier du Droop Snoot puisse activer le largage des bombes des autres les P-38 du groupe. En Octobre 1944, les 3 groupes de P-38 de la 9e Air Force était équipés de façon à pouvoir effectuer des missions Droop Snoot.
Le Droop Snoot entra en service actif le 10 avril 1944, lorsque l’un d’entre eux dirigea 42 P-38J du 20e Fighter Group contre la base de la Luftwaffe de Gütersloh, en Allemagne.
C’est durant tout le reste de la guerre que les P-38 Droop Snoot effectuèrent leurs missions au départ de bases situées en Angleterre et en Italie.
Photo: http://www.warbirdsresourcegroup.org/URG/p38.htm

L'équipage du P38 de Rettigny

Le 2Lt Rufus A.JEFFCOTE
Le pilote 2Lt Rufus A. JEFFCOTE , N° matricule O-710119 a réussi à échapper aux Allemands et à regagner les lignes américaines par ses propres moyens